Thèse sur l'eczéma et les étudiants


De nombreuses thèses portent sur l'eczéma.


Cette thèse sur l'eczéma s'est intéressée à la formation des étudiants en médecine générale face à la cortisone en crème


logo des hospices civils de lyon sud pour parler de la faculté de médecine
Thèse sur l'eczéma aux hôpitaux civils de Lyon


"L'observance des dermocorticoïdes est faible, en partie du fait d'une corticophobie des traitements corticoïdes topiques. Cette dermocorticophobie chez les patients est notamment due à une dermocorticophobie chez les soignants." 

 

 Ainsi début la thèse du Docteur Thomas Lecoq soutenue à la faculté de médecine de Lyon Sud le 14 novembre 2017. J'étais la promotrice du sujet et la directrice de thèse.

Soigner les patients, sans évaluer les compétences des soignants n'est pas à la hauteur du défi de la dermatite atopique. Il devenait nécessaire de contacter tous les étudiants en médecin générale et de tester leur connaissance et leur degré de sécurité face aux maniements de la cortisone en crème .

 

                                                                                     Le résultat est sans appel

 

Les futurs généralistes de France ont la même corticophobie que la population générale, sauf ceux formés dans les centres hospitalo-universitaires dont les services hospitaliers sont engagés dans l'éducation thérapeutique dans la dermatite atopique. Seuls 12 centres sur 45 CHU (centre hospitalo-universitaire) en France proposent ces programmes. Même si le chiffre s'améliore d'année en année, il reste insuffisant.

 

Cette étude rejoint les études précédentes réalisées chez  les soignants en générale, en France comme dans d'autres pays européens. Pharmaciens, médecins généralistes, pédiatres : tous ont un certain degré de corticophobie.

La corticophobie, même s'il ne s'agit pas d'une phobie au sens psychiatrique du mot, est un des obstacles au traitement des patients, source de souffrance physique et bien sûr de souffrance morale, de sentiment d'abandon et de solitude, d'incompréhension. La première origine de cette difficulté vient d'un manque d'enseignement évident des soignants tous confondus : 12 heures pour toutes les années d'un médecin généraliste, guère mieux chez les pharmaciens. En réponse, le GET, groupe d'éducation thérapeutique dans la DA a organisé un e learning pour les pharmaciens du nom de POP training. et vous pouvez trouver dans ce site mes formations destinées aux pharmaciens, aux étudiants en pharmacie, aux généralistes, aux sage-femme ... 

 

N'hésitez pas à me demander,  je me déplace facilement

 


On peut alors facilement comprendre que toutes les idées qui traversent le public puissent intégrer le " savoir " des étudiants en médecine, tant qu'elles n'ont pas été décortiquées, expliquées et validées par l'institution hospitalière. Chacun peut alors colporter soit par leur dire, soit par leur communication non verbale la crainte de la cortisone. 

" n'en mettez pas trop "

" il est trop petit pour être traité"

" je vous mets un tube, on verra après"

" surtout pas sur le visage"

" on commence à en mettre et on ne sait pas quand on arrête"

Autant de phrases que tous les patients ont entendu, reflets du manque de formation des médecins. Eux aussi, tout comme les pharmaciens ont besoin de sécurité. L'éducation thérapeutique est la meilleure des réponses car elle s'adapte à tous les publics, étudiants compris. 

Mots clefs : corticophobie, dermocorticoide, eczéma