Françoise : une femme en colère

Bonjour, je m’appelle Françoise j’ai 65 ans et j’ai de l’eczéma depuis mes 20 ans

D’abord sur les paupières puis autour des yeux puis dans le cou et cela jusqu’à mes 55 ans ou à cette date l’eczéma a explosé sur tout le corps.

Sur les recommandations d’une amie j’ai eu le bonheur de rencontrer le docteur Magali Bourrel et d’être soignée par elle. Et c’est par elle que j’ai eu l’information des journées de l’eczéma et des ateliers d’éducation thérapeutique.

 

J’ai participé pour la première fois à la journée de l’eczéma en 2017

Je me souviens y être allée sans à priori, en me disant que tout était bon à prendre et que sait-on jamais je pourrais en tirer quelque chose.

Qu’elle n’a pas été ma surprise !

D’abord de voir autant de médecins participer et animer cette rencontre, autant de participants, l’amphithéâtre était complet un samedi après-midi par très beau temps. J’ai passé l’après-midi les yeux et les oreilles grands ouverts, j’ai appris énormément sur cette maladie autant par les informations présentées par les médecins que par le contenu des échanges.

A la fin de la rencontre j’ai eu la nette impression de poser un fardeau, ce sac à dos chargé de pierres que je portais sans repos depuis tant d’années…

Je me souviens de mes sensations à mon retour, allégée et heureuse : je ne suis plus seule, je suis comprise, je suis soignée, j’ai tout compris….  Et en même temps offusquée et en colère : pendant des années, j’ai vu des dizaines de médecins et de dermatologues, j’ai eu le bon traitement mais mal appliqué, j’ai eu le bon diagnostic mais sans explication, toutes ces années où j’ai souffert physiquement et surtout psychologiquement tellement complexée de mon image .….mais c’est le passé.

 

Ma participation aux ateliers d’éducation thérapeutique m’a permis de renforcer mes connaissances et de corriger ou valider mes pratiques. Le fait d’être en petit groupe avec une animatrice m’a rapidement mise à l’aise, les échanges étaient francs et conviviaux, les expériences partagées très enrichissantes. Ces journées d’éducation thérapeutique ont été pour moi l’étape indispensable pour me redonner confiance en moi et faire face à mes poussées d’eczéma.

 

Aujourd’hui mon eczéma est encore là, mais il ne m’envahit plus, je l’ai en quelque sorte apprivoisé ; il me rappelle quelquefois à l’ordre quand je néglige l’hydratation de ma peau. Je peux dire qu’il est devenu un compagnon de route et plus le tyran que j’ai connu.

 


mots clefs : comprendre l eczema atopique , education therapeutique dans l eczema