Le lait et l'eczéma du bébé

Le lait de vache nourrit beaucoup de controverses, cet article va tenter de lever quelques confusions.
Le lait de vache nourrit beaucoup de controverses, cet article va tenter de lever quelques confusions.

Le lait  de vache est-il responsable de l'eczéma du bébé?


Le lait est un aliment complet c’est-à-dire qu’il contient du sucre, des corps gras et des protéines, les trois familles d’aliments dont nous avons besoin, sans oublier les vitamines, les oligo-éléments et l’eau. Chacune des trois familles d’aliments composant le lait justifie un commentaire

  • Le sucre du lait se nomme le lactose.

Pour digérer le lactose, le corps fabrique une molécule du nom de lactase. Les populations asiatiques en fabriquent très peu alors que les occidentaux du Nord en fabriquent plus que les occidentaux du Sud. Cette lactase diminue avec le temps et chez nous il n’en reste que 10 à 30 % dès l’âge de 6 ans. Le bébé est donc capable de digérer le sucre du lait. 

  • Les corps gras se nomment les lipides.

Ils comprennent la vitamine A, bon corps gras, présente dans le beurre cru, mais détruite dans le beurre cuit, et les mauvais corps gras , les acides gras saturés, qui ont la fâcheuse particularité d’être pro inflammatoires, c’est-à-dire d’aggraver toutes les maladies inflammatoires, dont la dermatite atopique. Ce mécanisme concerne surtout les gros mangeurs de fromage, ce qui n’est pas le cas du bébé.

  • Les protéines du lait de vache sont les seules concernées par l'allergie.

On ne devient allergique qu’à des protéines, jamais à des sucres, jamais à des corps gras.

 

Donc l’allergie aux protéines de lait de vache existe bien chez le bébé, mais seulement chez 2 à 3 % des bébés atopiques.

C’est-à-dire chez 4800 bébés par an, quand 152 000 par an auront une dermatite atopique sans aucun allergie vraie aux protéines de lait de vache.

Cette allergie se détecte d’autant plus facilement que le bébé a d’autres signes comme de la diarrhée, plus rarement des otites ou une prise de poids insuffisante. Il faut l’adresser à un allergologue ou un pédiatre allergologue qui fera les tests nécessaires.


Les rumeurs actuelles laissent penser que le lien entre dermatite atopique et lait de vache serait beaucoup plus fréquent. Que nous disent les chiffres ? 

La consommation de lait de vache ne fait que diminuer depuis les années 1950 au profit des yaourts et fromages. 74 litres par an et par habitant en 1950 pour moins de 60 litres actuellement alors que la consommation des yaourts a doublé  de 9 kgs à 18 kgs et celle des fromages  a triplé de 5 à 18 kgs. 

Dans le même temps la DA passe de 3 % d’enfants à 20 % d’enfants. Or le bébé ne mange pas ni yaourt, ni fromages avant l’âge de 6 mois environ et la dermatite atopique démarre souvent dès le premier mois.

 

Ces simples chiffres montrent déjà que le lien statistique n’existe pas.


La pratique quotidienne nous amène pourtant à proposer d’arrêter le lait de vache avec raison et succès pour la prise en charge de la dermatite atopique . Dans quels cas ?  

Quand la prise en charge locale ( hygiène, émollient, corticothérapie locale) est bien faite et que le traitement ne marche pas, ou mal et que les récidives sont immédiates, se posent alors deux questions :

  • Y a-t-il un problème de la flore intestinale ?
  • Y a-t-il une intolérance au lait ?

La première hypothèse sera d’autant plus plausible que la maman a pris des antibiotiques pendant la grossesse, et ou que le bébé en a déjà eu depuis sa naissance

 

La deuxième sera d’autant plus plausible que la réparation de la flore intestinale n’aura pas permis d’améliorer l’état de la peau.


L'allergie vraie au lait de vache n'est présente que chez 4% des bébés avec eczéma. 

L'eczéma du bébé seul, isolé, n'est pas un signe d'une allergie vraie au lait de vache


Donc en pratique, il faut :

  • Traiter la peau de toute façon : hygiène, émollient et cortisone en crème adaptée
  • Donner un traitement contre le muguet dès la première prise d'antibiotique, même si le muguet ne se voit pas, et rajouter les pré et probiotiques
  • Evaluer au bout de un mois si l’amélioration est franche et stable.
  • Sinon opter pour un lait aux protéines hydrolysées à 90%,  (lait HE). Si l’amélioration attendue est enfin au rendez-vous, il faut garder ces laits HE pour les biberons et remplacer le lait de vache par le lait de chèvre ou de brebis pendant quelques mois pour les yaourts.  La réintroduction du lait de vache pourra se faire quelques mois plus tard, car il n'y a pas d'allergie mais seulement une intolérance en règle de courte durée.
  • Eviter les laits de soja ou d’amande, ce sont des jus végétaux, pas des laits. La différence est importante car la qualité nutritionnelle n’est pas du tout la même.

Mots clefs : le nourrisson, le bébé, l'eczéma, et l'allergie au lait de vache