La polémique du  lait de vache

La polémique du lait de vache

Le lait de vache  est un aliment complet. Complet veut dire qu’il contient les trois grandes familles d’aliment :

  • les sucres : glucides
  • les corps gras : lipides
  • les protéines : protides

Chaque famille peut poser un problème dans la dermatite atopique 


Le lait de vache contient un sucre : le lactose

Pour digérer le sucre du lait, le lactose, nous avons besoin d'une substance du nom de lactase. Cette lactase est produite chez le bébé, mais sa production diminue jusque à l’âge de 6 ans, où il n’en reste plus que 10% de la quantité de départ.

Les asiatiques n’en fabriquent quasiment pas alors que les populations d’Europe du Nord en fabrique plus. Le yaourt est le seul produit laitier qui contient assez de lactase pour le rendre digeste. 

Que se passe-t-il si l’individu absorbe une quantité de lait supérieure à sa capacité à le digérer : il a des troubles digestifs : ballonnements, spasmes, troubles du transit. Les ballonnements sont une source importante de production d’acidité. Toute production d’acidité se répercute sur la qualité de la sueur, laquelle aggrave la dermatite atopique                                                                                                                                              

Trop de lait = impossibilité de digérer le lactose = troubles digestifs = acidité = facteur déclencheur de DA


Le lait de vache contient des corps gras : lipides

Le lait en possède deux : un bon la vitamine A, des mauvais les acides gras saturés                                                                  La vitamine A est détruite par la cuisson, elle n’existe donc que dans le beurre cru : 10 gr par jour suffisent                          Les mauvais corps gras se concentrent dans le fromage. Ils ont la particularité d’être tous pro inflammatoires, c'est-à-dire d’aggraver toutes les maladies inflammatoires dont la DA. Ils sont moins pro inflammatoires dans le lait de chèvre ou de brebis    

Trop de fromage = aggravation de l’inflammation = facteur déclencheur de DA


Le lait de vache contient des protéines

L'allergie aux protéines du lait de vache

L’allergie vraie concerne le bébé, elle n’est jamais nue, c'est-à-dire isolée. Quand le bébé est allergique aux protéines du lait de vache, il présente aussi d’autres troubles (régurgitation, vomissements, diarrhée…).

Les tests allergiques sont positifs.    

Cette situation n'est pas fréquente : 4 % des bébés atopiques.

L'intolérance aux protéines de lait de vache

L’intolérance, elle, ne s’associe pas forcément à des signes digestifs, les tests sont négatifs, c'est un facteur déclencheur de la dermatite atopique du bébé fréquent. Le diagnostic se fait en deux temps : d’abord il faut traiter correctement la peau par la cortisone en crème et les émollients mais il faut aussi traiter la flore intestinale. Si alors l’eczéma ne cède pas, dans un deuxième temps il faut essayer les laits HE, lait dont les protéines de lait ont été réduites en si petite taille qu'elles ne peuvent plus être irritantes pour la muqueuse intestinale. 


Dans les deux cas, allergie ou intolérance, le système immunitaire est stimulé et déclenche de la dermatite atopique, mais dans aucun des cas l'allergie ou l'intolérance n'est la cause de l'eczéma. C'est un facteur déclenchant.

Dans le cas d’une allergie vraie aux protéines de lait de vache, vous devez être aidé par un pédiatre et/ou un allergologue

Dans le cas d’une intolérance, le lait HE sera gardé plusieurs mois, mais le contact avec le lait de vache doit être gardé en toute petite quantité, surtout sous forme de yaourt. La tolérance doit être sauvegardée.


Mots clefs : l'eczéma du bébé, le lait de vache, allergie ou intolérance au lait de vache