Conseils alimentaires.Fiche soignants

Le préjugé le plus courant du patient  est que la dermatite atopique serait due à une allergie alimentaire.

Si le patient constate un lien entre un aliment et sa peau, il l’interprète avec le seul mot  à sa portée : allergie.

L’implicite de l’allergie est qu’elle fonctionne sur le mode binaire, c'est-à-dire que le retrait de l’allergène va guérir son problème. Comme la plupart des patients cherche la cause unique responsable de leur maladie, ils pensent l’avoir trouvée dans l’alimentation.

 

La question de l’alimentation dans la DA est donc fondamentale pour le patient. Au médecin de saisir cette opportunité pour  créer de la confiance entre eux.

 

Le but de la fiche est donc triple :

  • Repositionner le fonctionnement de la peau à  l’aide de l’outil proposé ici,
  • Montrer où l’alimentation va agir sur le fonctionnement de la peau atopique,
  • Proposer des arguments susceptibles de détruire l’idée que la dermatite atopique serait due à une allergie alimentaire.

 

Le patient a déjà un pré requis personnel concernant l’alimentation, « on » lui a déjà dit qu’il ne fallait pas boire de lait, ni manger du gluten, mais il ne sait pas pourquoi et il a certainement déjà essayé. C’est intéressant pour l’alliance thérapeutique de pouvoir amener un éclairage scientifique de ces notions.

 

Dessins de Eric Van Wetter

Extrait du livre « Changer son regard sur l’eczéma »

 

Le jeu des 4 différences permet de repositionner les fondamentaux de la DA

  • La  peau atopique laisse passer les particules de l’air environnant  à travers des brèches
  • La biodiversité du biotope s’effondre au profit du staphylocoque (tous la même tête)
  • Une seule partie du système immunitaire s’active : l’inné, en mode lance flamme

L’alimentation va agir sur :

  • Le biotope via la sueur, c'est ici la place du sucre rapide et du sel
  • L’intensité de l’inflammation via les mauvais corps gras, c'est ici la place de la nourriture industrielle, de la charcuterie ...
  • L’alimentation représente ainsi un levier pour agir sur la dermatite atopique mais le sucre et le sel en représentent 90 % quand le retrait des mauvais corps gras en représente 10 % . 

Voir TUTO DA alimentation