· 

le visage rouge du patient atopique

visage rouge atopique

Par respect de la confidentialité, il n'y aura pas aujourd'hui de photos de patient, mais une photo issue du site Unplash libre d'accès.

L'adulte souffre souvent de son visage, difficile à soigner.

Pas de pensée unique, ni de recette magique, il faut tester : 

et ne pas hésiter à recommencer régulièrement les soins du biotope intestinal ; 2 fois par an au moins 

 

La localisation de l'eczéma sur le visage est particulièrement handicapante pour le patient et lourde à supporter au quotidien. Le regard des autres est soit impitoyable, soit plein de pitié ... ni l'un, ni l'autre, l'eczéma c'est l'affaire du patient, pas celle des autres. L'empathie fait du bien, bien sûr, mais la pression au quotidien même dans la gentillesse est insupportable. Le patient atopique a besoin... qu'on lui fiche la paix et qu'on ne lui renvoie pas en permanence l'image de l'eczéma. 

Cette atteinte est certainement la plus liée à l'atteinte de l'estime de soi. Pour tester cette estime de soi sans agresser directement le patient par des questions trop intrusives, il est facile de lui demander s'il se laisse photographier. Il n'est pas rare que même après disparition de l'eczéma, les patients persistent dans l'incapacité de passer devant l'objectif. 

Tout le mérite revient au photographe Guillaume Oliver d'avoir proposé à des patients de témoigner de leur vie d'atopique, sous la forme d'une photo grandeur nature. Cette série de photos est devenue une exposition itinérante très intéressante

Vous trouverez sur le lien suivant le travail que j'ai pu faire en amont et en aval de cette rencontre avec le photographe et comment s'en servir pour travailler l'estime de soi.

 

Bonne suite, n'oubliez pas de visiter mon site www.mag-da.fr

Écrire commentaire

Commentaires: 0